Histoire

L'EXPLOITATION DE L'ARDOISE :

L'exploitation du schiste ardoisier, en Anjou, remonte au XIème siècle.

En ce qui concerne notre bassin d'activité, l'ardoisière de la Roche Charbonneau est mentionnée au XVème siècle. Cette dernière fournit, en 1456, seize mille ardoises pour les travaux effectués au château de Laval.
Nous soupçonnons, avec un lieu-dit Saint-Lézin, une activité encore plus ancienne. Nous n'avons pas, malheureusement, de manuscrit pour l'attester mais nous observons à proximité, un ensemble de microtoponymes évoquant la présence de carrières.

Les premières ardoisières étaient exploitées à ciel ouvert.

Les principales entreprises au XIXème siècle étaient la Société Landais et Cie exploitant les ardoisières de La Barre et la Société des Ardoisières de Renazé faisant valoir le site de La Gauterie.

Les principaux investisseurs étaient le Marquis de Champagné pour la Barre et le Prince de Broglie pour La Gauterie.
Nous présumons que le Marquis de Champagné, étant possesseur d'un patrimoine foncier non négligeable, décida de diversifier ses avoirs en investissant dans la fabrication de l'ardoise qui semblait être une industrie d'avenir.
Parmi ses députés, la Mayenne compte le Prince de Broglie. Il est propriétaire du château de St-Amadour en La Selle Craonnaise et connaît bien notre commune. Il est présent le 19 octobre 1887 pour la consécration de l'église par Mgr Geay, évêque de Laval. Il investit dans les ardoisières de La Gauterie et en devient le prinicipal actionnaire. Nous pouvons penser qu'en sa qualité d'élu, il voulait se rapprocher de la population de la circonscription.

En 1899, La Barre comptait cent emplois et La Gauterie deux cents.

Ardoisières de La Barre :
La Société Landais et Cie qui exploite les Ardoisières de La Barre a été constituée le 9 juillet 1895. Le 10 janvier 1896, elle informe le maire de l'ouverture d'une exploitation ardoisière à ciel ouvert à la Retuzière.

Ardoisières de La Gauterie :
L'exploitation du schiste ardoisier est souterraine. Elle se pratique par deux puits situés de part et d'autre du chemin n° 29. Les ardoises de La Gauterie sont réputées pour être d'excellente qualité. Elle sont expédiées dans toute la France et aussi en Angleterre et en Allemagne.

L'EGLISE :

Elle fut édifiée de 1882 à 1885, d'après les plans de l'architecte départemental Eugène Hawke. Elle succède à une église construite en 1802, qui, elle-même, remplaçait l'église brûlée en 1794. L'emplacement est identique mais l'orientation diffère. Le choeur est maintenant situé au Sud. Le curé de la paroisse St-Pierre aux liens, l'abbé Lucien Desmottes, par délégation de Monseigneur l'évêque, procède à la bénédiction le 29 avril 1885.

MARTYRS DE LA TERREUR :

André Royné est né et baptisé le 23 mai 1728 à Savennières (49). Il arrive dans la paroisse le 19 décembre 1763. Il accepte, le 30 février 1791, la constitution civile du clergé puis se rétracte. Il devient alors prêtre réfractaire. Il est emprisonné à Angers puis dirigé vers Nantes. Au cours de ce voyage, il est jeté par-dessus bord. Il est mort noyé le 29 novembre 1793.
Alexandre Beaudouin naît le 15 octobre 1770 à Congrier. Il poursuit ses études à Château-Gontier et se dirige vers Angers où il reçoit les ordres mineurs. Pendant les troubles révolutionnaires, il exerce la profession de précurseur puis il demeure caché. Il est arrêté le 19 juin 1794 à l'Angebeaudière et est emprisonné à Craon. Il y est jugé le six thermidor par la commission révolutionnaire. Condamné à mort, il est guillotiné le même jour (on peut voir une plaque commémorative dans la sacristie).

SAINT LEZIN :

La légende attribue à Saint-Lézin la découverte, à la fin du VIème siècle, de la fissilité du schiste ardoisier. Les "perrayeurs", nom attribué aux ouvriers des ardoisières, le reconnaissent comme leur saint patron. Saint Lézin est originaire de Bourgogne. Il était parent ou allié du Roi Clotaire II qui le nomme Comte d'Anjou. Puis, après avoir renoncé à cette fonction, il devient moine, vocation qui le conduit à l'épiscopat. Il est nommé ainsi évêque d'Angers.

Source : Didier TRIDEAU


Images du site de La Gauterie à Congrier


Photo actuelle

Terril la gauterie

Photos faites en 1930 

Site de la gauterie %c3%a0 congrier
Site de la gauterie %c3%a0 congrier %282%29
Site de la gauterie %c3%a0 congrier %283%29

Dessin de Mr Alleaume : un fendeur et son apprenti près d'un tue-vent

Un fendeur pr%c3%a8s de son tue vent

L'église de Congrier

Eglise congrier

La Chapelle St-Lézin rénovée

 
Chapelle st l%c3%a9zin %282%29